La saga Alien

Publié le par fred dj

Style: dvd et blu-ray; fantastique.

Public: A partir de 12 ans.

Intérêt(1à5): 5- pour la saga.












Pour lancer l'article, il faut savoir que chacun des 4  films a eu son réalisateur et chacun a fait vivre la légende avec sa touche personnelle. Chacun des 4 opus à ses points forts. Il est extrêmement rare de voir des suites de films aussi bon voir meilleur que l'original.
A travers cet article je vais passer en revu les 4 épisodes de la série en oubliant volontairement les deux films où l'on voit la confrontation entre les Aliens et une autre légende du genre qui n'est autre que Prédator. J'ai trouvé que ces deux longs métrages n'avaient pas leurs place dans cette saga absolument exceptionnel même si je pense en faire des articles prochainement.
Pour commencer, le premier opus:

Alien le huitième passager:

 Style: Dvd, Fantastique, science-fiction; Blu-Ray sortie prévue mais pas datée.

 Public: A partir de 12 ans.

 Réalisation: Ridley Scott.

 Acteur principaux: Sigourney Weaver, Tom Skerritt.

 Durée: 01h56.

                                      Intérêt (1à5): 3+ (pour moi ce n'est pas le meilleur de la série)


Histoire:
Une équipe commerciale d'astronautes se retrouve à devoir faire un arrêt forcé sur une planète désert. Malheureusement, l'un d'entre eux se fait contaminer par un alien qui lui met un embryon à l'intérieur de son corps.
Une fois de retour sur le vaisseau, l'alien va sortir violemment du corps de l'individu provoquant sa mort puis va se cacher et grandir tranquillement à l'abri du groupe d'humains. Très rapidement, ça taille va augmenteret puis il va s'attaquer aux passagers du vaisseau en les éliminant les uns après les autres...


Commentaire:
Comme j'ai pu en parler plus haut, ce n'est pas pour moi le meilleur des 4 épisodes. J'ai trouvé que le film manquait d'action et avait beaucoup de mal à se mettre en route. Par contre une fois que le film est bien lancé, on profite d'une chasse à l'homme très effrayante dans un huit clos étouffant...



Le scénario (4/5) est intéressant et a lancé un style. Il faut vraiment revenir  à la fin des années 70 pour se rendre compte que Alien fut le précurseur de ce genre d'histoire. Maintenant, un grand nombre de scénaristes ont suivi l'exemple sans toujours bien réussir à égaler le modèle.
L'histoire avance lentement mais provoque une angoisse grandissante chez le spectateur qui regarde le film.


Le jeu d'acteur (3/5) est porté essentiellement par la prestation d'une  Sigourney Weaver guerrière. Les comédiens jouent bien les astronautes terrorisés.
Il faut savoir que les acteurs circulaient dans le vaisseau factices sans savoir à quel moment allait apparaître l'Alien. Cela a rendu encore plus crédible les moments de sursauts.
Par contre il ne faut pas s'attendre à des long moments de dialogues, ce n'est pas le but du film.


La réalisation (4/5) même si le film a vieilli propose des effets bien réussi. Tout d'abords la représentation des éléments extérieurs comm l'espace, la planète désert ou encore le vaisseau sont très aboutis. En voyant le film, il faut se rappeler qu'il a été tourné à la fin des années 70. 
Ensuite l'Alien est bien représenté et ne fait pas tache.
Rappelons aussi que le film a été réalisé par l'excellent Ridley Scott qui a misé sur une ambiance angoissante et un suspens qui monte crescendo.

Résumer:
Alien le huitième passager propose 2 petites heures de suspens et d'angoisse où le but est de faire sursauter le spectateur; et ça marche.
Si on arrive à faire abstraction des derniers films grand spectacle du même style et que l'on se replonge 30 ans en arrière; on profite d'une vrai petite perle.
C'est vrai que le film est un peu lent et à vraiment du mal à se mettre en route; c'est vrai que ce n'est pas crade et que le jeune public actuel risque de ne pas trouver son compte; mais le film a le mérite de lancer une saga absolument exceptionnel, et certaines de ses suites sont de véritables chef d'oeuvre.
A suivre...

Bande annonce:
 



Une scène du film: (un petit extrait d'un quart d'heure qui lance bien l'histoire et montre bien l'ambiance générale; à partir de 12 ans.)








 

Commenter cet article