Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Publié le par Fred dj

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Passage aérien sur un passage fin de l'arête; les passages sont tous plus esthétiques les uns que les autres.  

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Sur le fil toujours...

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Des cordées attaquent la longueur en 5c. Un petit peu d'attente dans ce passage un peu plus technique. L'escalade est athlétique et la patine se fait un peu sentir par endroits.  

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Fredo en rouge en termine avec la traversée de la fine arête. Derrière lui le Doigt nous indique le village de Doran.

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

La fin de la longueur technique; un 6c qui se passe en AO.

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Jeanne en finie avec la longueur en 6c; AO; 3 pas d'artif qui semble délicats à passer en libre vu la patine.  

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Jeanne arrive au sommet.

Troisième partie: Sommet et descente. 

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Jeanne au sommet.

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Sommet toujours; dans la boite aux lettre se trouve un petit cahier où il est possible d'écrire ou lire les aventures des ascensionnistes. 

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Les premiers mètres de la descente demande de l'attention. La voie normale n'est pas difficile mais elle présente des passages où l'on se sert des mains et d'autres où les cailloux peuvent partir sous les pieds.

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Dans les vires de descente. 

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Ambiance très minérale. 

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Le névé marque la fin des difficultés, il n'y a plus qu'à se laisser glisser tranquillement jusqu'à un pierrier tout confort.  

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Une dernière photo de la reine avec le retour des éclaircies.  

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Le "Col des Annes" où nous attend une bonne boisson fraîche en terrasse.

Pointe Percée: Arête du Doigt 2/2

Le voilà le moment temps attendu, le petit coup en terrasse. 
Pauline a cassé la croûte et nous a fait profité de ses très odorantes rillettes au maquereau.
Nous concernant, on lui a laissé et nous nous sommes contentés de notre boisson gazeuse.... 
Résumer:
Course à faire absolument, que l'on débute l'escalade ou que l'on soit déjà aguerri. La vue est magnifique et l'itinéraire très esthétique. L'escalade est très facile.

Plusieurs échappatoires sont possibles selon le niveau, les envies ou les conditions du jour. Ce serait dommage car l'intégral est très abordable. Beaucoup de cordés ne font pas le doigt et je trouve qu'il manque quelque chose sans ce petit détour.
La sur-fréquentation est le bémol logique de ce style de course. Il faut essayer de faire en sorte que cohabite tout les niveaux. Finalement en doublant rapidement et proprement les gens qui avancent un peu moins ça se passe pas trop mal.
En tout cas le plus haut sommet des "Aravis" présente un itinéraire digne d'une course d'alpi et mérite assurément une visite.

Publié dans Alpinisme

Commenter cet article